Le meilleur livre de cuisine de tous les temps

Faire la cuisine, c’est chiant.

C’est cool de bien manger, mais il faut toujours sortir 36 000 gamelles, faire la vaisselle et, surtout: avoir l’idée de ce qu’on va faire à bouffer. Avoir l’idée d’une recette, puis la chercher sur internet. La comprendre. La recopier. La faire. Trois heures plus tard vous pouvez passer à table.

Le plus souvent, on finit par faire des plats « par défaut ». Vous savez, ces plats style steak haché / haricots verts. Ou œufs au plat / riz. Ou encore pâtes avec une sauce toute prête.

Mais mal manger n’est pas une fatalité. Il existe un moyen de faire des plats qui ont du goût, qui améliorent vos talents de cuisinier,  et vous demandent de moins en moins de temps.

Cette solution, ce n’est pas un « quick fix ». Il ne s’agit pas simple d’acheter un bouquin au titre tapageur du style « 140 recettes en 10 minutes chrono » ou encore « 5 Recettes Faciles, Délicieuse et Bonnes pour la Santé ». Et quand bien même, vous savez que vous ne ferez pas le quart de la moitié des recettes que vous trouveriez là-dedans.

En revanche, la solution que je vous propose est celle qui a le meilleur retour sur investissement : le temps que vous allez investir à la mettre en oeuvre vous sera rendu sur le moyen terme.

Cette solution, c’est faire la cuisine comme votre grand-mère : de manière itérative. Prendre une recette de base, la faire, la refaire, la re-re-faire. Gagner en efficacité à chaque nouvelle tentative. Corriger les dosages s’ils ne vous conviennent pas. Et peaufiner les instructions pour que vous puissiez même suivre la recette cerveau éteint.

Mon cauchemar en cuisine (#malife)

J’ai passé des années à chercher des recettes, à en lire beaucoup plus que je n’en ai essayées et à en essayer certaines une seule fois sans jamais y revenir, malgré un résultat parfois très intéressant gustativement. J’avais une quinzaine de livres de recettes dans ma cuisine et un classeur A4 avec des recettes imprimées depuis internet. Au final, cuisinier indécis et flemmard, motivé seulement par la recherche du plaisir gustatif, je faisais peu la cuisine. Et souvent, je ne savais pas quoi manger, me rabattant sur des tablettes de chocolat pour satisfaire mon appétence pour le goûtu. Puis un jour, à force d’essais et d’erreurs, m’est apparue la solution : le livre de cuisine ultime !

Le Livre de Cuisine qui vous fait gagner du temps et progresser en cuisine

Le meilleur livre de cuisine, c’est celui :

  • qui ne contient que des recettes que vous savez faire.
  • qui vous sert de guide pour faire votre liste de courses plus rapidement.
  • qui vous aide à faire le planning hebdomadaire de vos repas (si c’est votre truc).
  • qu’en consultant vous savez répondre beaucoup plus rapidement à la question : « qu’est-ce qu’on va manger ce soir ? », du fait que chercher dans votre livre est un processus bien plus rapide que chercher dans votre mémoire.
  • qui vous incite à faire souvent les même recettes (par flemme). Cette redondance créé des automatismes neuronaux qui vous rendent plus rapide à chaque fois, et vous permettent de libérer votre cerveau pour faire autre chose en cuisinant (écouter un podcast par exemple).
  • qui fait que la liste des recettes que vous maîtrisez ne cesse de s’agrandir, ce qui vous permet de lutter contre l’ennui gustatif.
  • qui fait que plus vous faites une recette, mieux vous la comprenez. Le jour où vous oubliez un ingrédient et que votre plat à un goût différent, vous progressez en cuisine. Oubliez un jour de mettre un bouillon de bœuf dans votre sauce bolognaise et elle vous paraîtra bien fade en comparaison de vos précédents essais. Bim ! Vous venez de découvrir le pouvoir du glutamate dans la formation de la saveur Umami.
  • que vous pouvez facilement l’emporter partout, ce qui vous permet de faire la cuisine quand vous êtes invités chez des amis.

Devinez quoi ? Le meilleur livre de cuisine est celui que vous faites vous-même !

Comment faire son propre livre de cuisine ?

Eviter l’encombrement en cuisine en optant pour un petit format

Le meilleur format pour un livre de recettes est le A5. Le papier A5 est très accessible (il suffit de couper une feuille A4 en deux). Une fois ouvert, votre livre de recettes fait la taille d’un A4, ce qui est acceptable, même dans une petite cuisine. C’est facilement transportable. On peut y caser facilement une photo, la liste des ingrédients et les instructions, tout en choisissant une taille de police suffisamment grosse pour être lisible.

se repérer, se motiver et prendre confiance en ajoutant une photo

Je ne saurais trop vous conseiller de mettre une belle photo pour chaque recette. Une photo vous permet de retrouver plus rapidement une recette. Elle vous donne plus de motivation pour cuisiner car elle vous fait saliver et génère suffisamment de désir pour contrer la flemme. Elle vous fait visualiser l’objectif.

A terme, photographier soi-même ses plat est un must. Quand vous verrez votre photo dans un moment de faible énergie, vous vous souviendrez que cette recette vous est accessible, puisque vous l’avez déjà faite. Prendre une photo de plat qui crève l’écran n’est pas nécessairement trivial. Si vos compétences en photographie sont pour l’instant proches de zéro, utilisez Google Images. Il sera toujours possible d’utiliser vos propres photos par la suite.

trouvez rapidement la recette qu’il vous faut grâce au système pile-file

Le « pile-file » (empiler-classer en bon françois) est un système d’organisation papier dont l’idée est d’empiler les documents par ordre anti-chronologique (les plus récents en haut, les plus anciens en bas) et d’utiliser un système d’étiquettes / catégories / tags via l’usage de z-marker.

En quoi ce système peut nous être utile pour notre livre de cuisine ?

Pile : d’une part, il vaut mieux avoir plus accessibles les dernières recettes ajoutées, parce que faire souvent les dernières recettes ajoutées, qui sont celles que vous maîtriserez le moins, vous permettra de mieux les mémoriser.

File: d’autre part, avoir un système de classement peut être intéressant pour retrouver des recettes rapidement. On peut par exemple utiliser des catégories du genre :

  • Printemps / Été / Automne / Hiver
  • Entrées / Plats en sauce / Salade / Desserts / Smoothies
  • Plats à réchauffer / Plats à emporter

Si vous êtes invité à une soirée, vous pourrez aller chercher dans « Desserts » et « Plats à emporter » des idées de ce que vous aller cuisiner.

Ajouter des contenus généraux

Votre livre de cuisine n’a pas l’obligation de se limiter à une liste de recettes. Vous pouvez très bien y ajouter d’autres contenus. Quelques idées :

  • Des listes de temps de cuisson,
  • Des équivalences de mesure :
    • conversion des volumes en tasses (oz) en mililitres,
    • conversion cuillère à soupe (tsp) en cuillère à café (tbsp),
    • conversion des températures : °C en thermostat
  • Une partie « vocabulaire » qui définit les termes techniques en cuisine : émincer, ciseler, découpe en mirepoix, découpe paysanne, etc.

Un Exemple de livre de cuisine qui implémente ce système

Ressources utiles