Je l’ai supprimée de mes contacts Facebook parce qu’elle n’était pas d’accord avec moi sur les GJ

Elle ne comprenait pas la violence des gilets jaunes.

Elle était choquée par cette violence.

Surtout, elle semblait considérer que les violences des GJ sur les policiers étaient à mettre au même niveau que les violences des policiers sur les GJ.

Moi, ça me choque qu’on puisse mettre ces deux violences au même niveau, et les traiter de la même façon.

Moi, je considère que les violences des policiers sur les GJ sont à mettre au même niveau que les violences des terroristes sur les dessinateurs de Charlie Hebdo, car c’est un attentat à liberté d’expression dans les deux cas.

Lorsque la répression se fait tellement forte qu’elle nous fait hésiter à sortir en manif, la liberté d’expression n’est plus qu’un vain mot, et la démocratie une fiction.

Je ne traite pas les policiers de terroristes en osant cette comparaison. Les forces de l’ordre ne sont pas responsables de grand chose. Ce sont des hommes-machines disciplinés qui obéissent aux ordres et sont placés dans des conditions de tensions propices aux débordements. Les terroristes sont sont ceux qui ont créé ces situations.

Mais pourquoi essayer de la convaincre ?

Ça ne sert à rien, Boris, tu le sais très bien.

Alors, que faire ?

Ne pas répondre ?

Exactement.

Je n’ai pas d’énergie à perdre à essayer de changer la façon de penser des gens un à un ; ce n’est pas impactant, ni efficace.

Mais est-ce que je peux continuer de l’avoir en « amie » Facebook ? Et devoir continuer de voir ses commentaires désespérant sur certains de mes posts ?

Je vais sur Facebook pour me détendre. Je n’ai pas besoin de cette négativité.

J’ai des valeurs et elles me sont chères. La justice est en tête de liste. Du coup, pour éviter de désespérer, je ne peux pas me permettre d’avoir dans mes contacts des gens qui cautionnent le pouvoir en place, voire qui l’ont élu. Je suis déjà suffisamment désolé par le faible niveau d’esprit critique des gens de façon générale.

Mais la supprimer de mes contacts, est-ce refuser de voir la réalité en face ? Est-ce refuser de voir les gens tels qu’ils sont ?

Non : je sais que des gens comme elle existent ; je ne cherche pas à l’ignorer.

Je souhaite juste ne pas avoir à faire à eux lorsque je check Facebook avant de me coucher.

Je tiens à mon sommeil, à ma tranquillité.

Bien-sûr, le mieux serait d’arrêter les réseaux sociaux, mais je tiens à garder le contact avec mes amis, mes vrais amis.

Et si je veux vraiment sortir de ma zone de confort, aller me prendre la tête avec des gens, et lire des propos qui me dégoûtent, je serait toujours libre d’aller faire un tour sur Twitter.