Il faut se sortir les doigts du cul et les utiliser pour faire une recherche Google

Tu connais ces moments où un truc te fait chier depuis hyper longtemps, que tu n’a jamais cherché de solution, tout simplement parce que tu pensais qu’il n’en existait pas, et qu’enfin tu te décide à faire une recherche Google ?

Pour moi, aujourd’hui, la recherche était :

« change default canvas size paint regedit »

car je voulais trouver un moyen de ne pas avoir un canvas trop grand à chaque fois que j’ouvre Paint pour y coller une capture d’écran (ce qui arrive 11 fois par jour… en moyenne ).

45 secondes de recherche pour trouver la solution.
45 secondes, c’est pas cher payé pour résoudre un problème qui me saoule et me fait perdre du temps au quotidien.

Au passage, je me suis même rendu compte que je pouvais carrément me passer de Paint, grâce à la touche Win + ImpEc, qui m’enregistre directement la capture d’écran au format PNG.

Par défaut, la capture d’écran est enregistrée dans le dossier

%USERPROFILE%\Images\Captures d’écran

mais j’ai appris qu’en allant les Propriétés du dossier, onglet Emplacement, on peut modifier le dossier par défaut. J’ai choisi le Bureau, car c’est plus pratique pour moi : un petit Win + D et on y est !

Puisse mon futur moi se rappeler que j’ai résolu ce problème pour lui.

Je lui écrirai peut-être une lettre, pour lui rappeler toutes les minutes qu’il a économisées grâce à moi depuis aujourd’hui.

Dans le livre Selling The Invisible, Harry Beckwith explique qu’il est hyper important, lorsqu’on cherche à promouvoir ses services, de rappeler régulièrement à ses clients qu’on a résolu un problème pour eux. Car la plupart des gens, lorsqu’on leur fournit un service, que ce soit de façon gratuite ou payante, l’oublient rapidement. A l’inverse, si on leur offrait ou si on leur vendait un objet, ils s’en souviendraient longtemps, puisqu’ils verraient l’objet au quotidien. Mais les services sont invisibles, donc on les oublie rapidement sitôt qu’ils ont été rendus.

Alors je dois écrire à mon futur moi, pour qu’il se souvienne que son nouveau confort de vie, il l’a grâce à moi, le Boris qui s’est fendu d’une recherche Google. Il sera ainsi plus enclin à faire à nouveau appel à mes services pour résoudre ses problèmes, plutôt que de choisir de ne pas agir sur ses problèmes.

Ça fait longtemps que je cherche un moyen d’écrire des lettres à mon futur moi. Sans avoir, bien-sûr, à payer des timbres à chaque fois. Ça fait… depuis que ma voisine harpiste Anarmelle m’a prêté une BD Calvin & Hobbes. Ça fait donc… 14 ans !

Quand je dis « ça fait longtemps que je cherche« , bien-sûr, je veux dire « ça fait longtemps que j’aimerais bien trouver une solution« . Mais en réalité je n’ai jamais cherché.

Tout à l’heure, je me suis dit « tant qu’à faire d’être lancé dans la recherche de solution, autant poussé la démarche jusqu’au bout« .

Alors je me suis motivé à dépenser 0,27 calories pour taper sur Google :

« letter to future self »

Ok, il y a des solutions à ça aussi.

Bon, bah, si ça continue, je vais finir par croire qu’il n’y a jamais vraiment de problème, mais que des solutions, et des solutions déjà référencées dans Google qui plus est, pour peu qu’on sache taper le bon groupe de mots-clés ou, de plus en plus, la bonne question (« how to… », « how can I… », etc.).

Prolongements

Un strip par Johann « Nojhan » Dréo :

se prendre par la main

(sous une licence Creative Commons BY)