Ivre, j'ai chatté en italien

Ivre, j’ai chatté en italien !

Aujourd’hui j’avais décidé de dédier ma journée à l’apprentissage de l’italien. C’était dimanche, j’avais bossé toute la semaine, et j’avais envie de faire quelque chose seulement pour moi, sans penser ni aux autres ni au boulot (pour moi c’est un peu la même chose d’ailleurs :-° ).

Mosalingua, l’application que j’utilise pour apprendre l’italien, nous pousse un peu au cul pour nous jeter à l’eau, et discuter avec des étrangers. J’avais peur ; donc je me suis dit que j’allais juste regarder ce qu’ils proposaient, pour voir.

Je pensais que j’allais direct être obligé de faire de la visio avec Skype, et tout le côté intimidant que ça peut avoir… Mais non ! Dans un premier temps, on a tout à fait la possibilité de simplement chatter en mode texte… et c’est plutôt cool 🙂

Comment je me suis pris un gros vent sur Speaky

Donc, j’arrive sur un des quatre sites suggérés par l’article posté sur le blog de Mosalingua.

Après une inscription admirablement rapide, je vois ça :

L'accueil de Speaky

L’accueil de Speaky

Le site est super ergonomique ; son interface très simple fait qu’on comprend très rapidement où que c’est qu’on doit cliquer.

Je clique donc sur une fille photographiée de dos en train de jouer de la guitare, et je commence à lui parler :

Comment se prendre un vent sur Speaky

Tentative de communication

J’attends sa réponse… J’attends, j’attends, j’attends… OK, je me suis pris un vent.

Je déprime.

Je le le savais : les gens i sont méchants, i veulent pas d’ moi, i m’aiment pas et i zont pas besoin de moi, sniff :'(

Wow, du calme Boris. Après tout, la fille était de dos, tu t’attendais à quoi ?! On réessaye.

OMG, Je discute en italien avec une brésilienne !

Je clique donc sur la tête d’une autre fille (oui, comme Jacques Dutronc, j’aime les filles).

Speaky m’engueule si je dis juste « Ciao ». Trop court.

Bon bah « Buongiorno » alors. Pas assez original.

Putain, fait chier, merde !

Allez, je fais plus long :

Premier contact sur Speaky

Premier contact sur Speaky

Yes ! Speaky est content, et j’ai obtenu une réponse 🙂

On continue :

Première conversation en italien sur Speaky

Première conversation en italien sur Speaky

Je sais pas trop quoi dire, alors je lui pose des questions sur le peu qu’elle a écrit jusqu’à présent. J’avoue être complètement désemparé à essayer de parler cette langue avec les 450 mots que Mosalingua m’a appris.

Et puis la conversation avance. Je prends confiance. Je m’organise. Je cherche des mots dans Google Translate, Word Reference et Wikipedia, pour pouvoir parler des choses qui m’intéressent et pour pas soûler ma jeune interlocutrice.

Rétrospectivement, je rends compte que c’est con comme démarche (parler des choses qui m’intéressent), puisque c’est justement de cette façon que je saoule les gens, généralement. M’enfin il faut bien parler de quelque chose alors, bon…

Je culpabilise un peu d’utiliser des outils de traductions : je me dis que je risque de rien apprendre. Si, en fait j’apprendrai toujours plus comme ça, parce que chatter ça me motive grave, et que je peux facilement passer ainsi des heures à pratiquer l’italien en ayant juste l’impression de discuter :

Parler de tout et de rien avec une brésilienne

Parler de tout et de rien avec une brésilienne

Putain, ça me rappelle Caramail : j’avais 13 ans, j’étais en 5ème et chez un pote qui avait internet on chattait avec plein de gens qu’on connaissait pas, souvent pour les insulter gratuitement. On était jeunes et cons, peut-être même plus cons que jeunes. C’était l’ bon temps !

La foule me demande

Retour à nos moutons.

Soudain, apparaît une deuxième fenêtre :

Deuxième conversation en italien sur Speaky

Deuxième conversation en italien sur Speaky

Wow, une meuf veut me parler ! Bien joué gamin !

Bon, ok, elle a 45 ans. Que voulez-vous : c’est ce qui se passe quand on explique sur son profil qu’on apprend l’italien pour pouvoir comprendre les paroles des chansons d’Angelo Branduardi.

Le courant passe bien, on semble avoir des références communes :

Cela mérite une bonne correction

Et là, stupeur : elle me corrige mon texte :

Corriger son interlocuteur sur Speaky

Corriger son interlocuteur sur Speaky

OMG, ce truc est trop cool !

On voit direct où que c’est qu’on s’est planté !

Bon, après, encore faut-il que ton interlocuteur comprenne ce que tu veux lui dire. Car quand j’essaye de lui parler de Scrivener, un logiciel d’écriture, elle me corrige aussi :

Speaky : on se fait pas tout le temps corriger à raison

On se fait pas tout le temps corriger à raison sur Speaky

 Une pluie de conversations !

Là-dessus, quelqu’un d’autre se met à me parler, un mec cette fois-ci :

J’y comprends rien !

Je comprends que le mec apprend l’italien. Ok, cool, mais moi c’est avec des vrais italiens que je veux chatter. Qu’est-ce qu’il fout à me taper la discute ce polonais ?

Bon, j’accepte quand même ; je vais pas lui mettre un vent : je ressens encore la blessure que ça a laissé dans mon petit cœur la dernière fois que ça m’est arrivé (il y a un quart d’heure), et je ne souhaite à personne de subir ça.

Le mec est sympa, il parle vachement mieux italien que moi. Après 5 minutes de discussion avec lui, je me rends compte qu’il est prof d’italien en Pologne et que son premier message, c’était une correction de mon profil. Oui, j’avais écrit « porche » au lieu de « perché », quel noob !

Un indien qui apprend l’allemand se met à me parler. Un Laotien se met à me parler. Je suis dépassé, j’arrive plus à gérer. Trop de fenêtres, j’arrive pas à jongler, je cours droit au burnout.

Puis je me rends compte que si je clique sur « Messages », dans le menu de gauche, j’ai accès à une interface vachement plus pratique :

La partie "messages" dans Speaky

Ça ressemble foutrement à Facebook hein ?

Bon, je pourrai plus mater des photos d’italiennes, mais à la limite je suis pas là pour ça.

Arrivederci !

Il est maintenant temps pour moi de prendre congé, chose que j’ai déjà du mal à faire dans ma propre langue. C’est vrai, sur Facebook, je sais jamais s’il faut dire au revoir ou si on peut juste se barrer comme ça.

Bon, j’essaye :

Prendre congé sur Speaky

J’essaye de modifier légèrement ce que j’ai appris sur Mosalingua, histoire d’avoir l’impression de pas être un perroquet. Oui, cette tournure de phrase est pourrie, mais je parlais italien il y a encore deux minutes alors un peu de tolérance s’il-vous plait. Merci.

Finalement, le prof d’italien polonais me corrige. Chouette, plus qu’à faire un copier/coller dans les deux autres conversations :

Le copier-coller, c'est cool :)

Le copier-coller, c’est cool 🙂

Scherzi a parte…

Je tenais à m’excuser pour le titre d’article complètement putaclic.

Je l’avais originellement intitulé « débutant, j’ai chatté en italien », puis l’adjectif ainsi placé en apposition m’a fait réaliser le potentiel comique si je plagiais « Ivre virgule ».

Après, si certains se sentent d’essayer l’expérience de parler une langue étrangère  en état d’ébriété, je serais ravi d’entendre leur retour d’expérience utilisateur de la vie.

Lecteurs, dispersez-vous

Commenter avec...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...